Navigation Menu+

L’ukiyo-e : un mouvement artistique japonais de l’époque d’Edo

L’ukiyo-e : un mouvement artistique japonais de l’époque d’Edo

L’ukiyo-e est un mouvement artistique originaire du Japon, signifiant image du monde flottant et évoquant la vie éphémère et ses plaisirs. Ils sont très réputés à la période Edo.

periode-edo.jpg

Les thèmes de ce mouvement sont notamment le plaisir, la beauté des acteurs de kabuki et des courtisanes et des scènes érotiques puis, plus tard, les scènes quotidiennes et la nature.

Les origines de ce mouvement

Les origines de l’ukiyo-e remontent à l’enrichissement d’une classe de marchands et d’artisans, une bourgeoisie urbaine. Tout débute par la confection de récits illustrés, des fictions ou des romans. L’ukiyo-e est d’abord utilisés pour illustrer ces livres, puis pour des fins publicitaires. Une population urbaine avide de divertissements et de culture, créa des lieux de plaisirs et de spectacles. Profitant du succès des acteurs et des courtisanes du quartier des plaisirs, le Yoshiwara, les marchands cherchaient un support publicitaire, et la population un moyen de marquer et de garder leurs plaisir. Favorisé par une certaine liberté d’expression, dès les débuts du XVIIe siècle, l’ukiyo-e permettait une large diffusion à bon marché. L’origine indirecte du mouvement fut le maître de Kambun, peintre et illustrateur de livres, qui réalisa les dessins érotiques pour les premières gravures ukiyo-e.

L’essor de l’ukiyo-e

L’ukiyo-e ne doit son essor qu’à la révélation de grands artistes. Par exemple Harunobu avec la création des « estampes de brocart », ou Kiyonaga, Utamaro et Sharaku, les trois immenses artistes du mouvement.

lukiyo-e.jpg

L’essor connaît quatre grandes étapes, dont les « primitifs », entre 1670 et 1765, où son envol est marqué par Moronobu, considéré comme celui qui en a fait un nouveau mouvement. Puis apparurent les « estampes de brocart », ensuite « l’âge d’or » de l’ukiyo-e jusqu’au début du XIXe siècle, avec une évolution des thèmes et des techniques plus raffinées d’artiste en artiste.